Les caractéristiques de la classe Montessori

Une classe Montessori se caractérise par 3 points essentiels 

Capture d’écran 2016-06-14 à 17.53.301/ Un environnement préparé: ordonné et stimulant, adapté à la taille, à la force et aux besoins des enfants, répondant à leurs besoins en respectant leurs étapes de développement. Cet environnement prend les « périodes sensibles » en compte (cf. l’onglet sur les fondamentaux). La classe comporte : le matériel Montessori à disposition et accessible aux enfants, du mobilier de bonne taille selon l’âge des enfants,  facile à déplacer, des œuvres d’art, des plantes, des animaux et… de l’espace afin que les enfants puissent aisément se déplacer et travailler sur des tapis au sol s’il le souhaitent.

 

Capture d’écran 2016-06-14 à 18.01.432/ Du matériel pédagogique: scientifiquement élaboré, sensoriel, isolant les difficultés pour mieux les appréhender et permettant l’autocorrection. Autre élément important: il n’y a qu’une pièce de chaque matériel dans la classe ce qui incite les enfants à collaborer, partager, attendre leur tour… L’enfant choisit, autant que faire se peut, librement son activité. Un accompagnement peut cependant être nécessaire. L’enfant manipule un matériel lorsque celui-ci lui a été présenté par une éducatrice. Une présentation est effectuée plusieurs fois si l’enfant en exprime le besoin. L’enfant peut aussi apprendre en observant ses pairs ou la présentation faire à un autre enfant. Lorsqu’il manipule le matériel, il prend son temps, réfléchit, observe. Ce matériel n’est pas un support pour que l’éducateur fasse une démonstration académique. Il a pour vocation de fixer l’attention de l’enfant en répondant à un besoin intérieur lié à son développement. Une fois l’attention éveillée, l’enfant manipule le matériel à loisir. Cette manipulation lui permet d’intensifier son attention et le conduit souvent à répéter son activité. Cette répétition entraîne la concentration qui rend possible un travail de structuration interne chez l’enfant. Au choix d’un matériel répondant à un besoin intérieur, va succéder le choix délibéré, fruit d’une réflexion, d’une comparaison, d’une volonté. Pour que cela soit possible, les éducatrices veillent à ce que l’activité de l’enfant puisse se dérouler sur un temps suffisamment long sans interruption de son travail.

Capture d’écran 2016-06-14 à 22.52.563/ L’attitude de l’éducateurobservateur, bienveillant, patient et à l’écoute. Il est aussi le garant d’une ambiance propice à la concentration. Il y a souvent deux éducateurs dans chaque classe, ou un éducateur et un assistant, afin de garantir le calme pour le bien-être de tous. L’éducateur présente le matériel comme il offrirait un cadeau: avec le plus grand soin. C’est comme une leçon particulière qui délivrerait un message secret. La présentation du matériel  est fondamentale car elle transmet un trésor, elle donne une clé. L’enfant explore ensuite le matériel à sa manière, découvre et apprend. L’éducateur aide l’enfant à garder une trace de ses apprentissages.

 

 

Une classe Montessori c’est aussi:

• Le mélange des âges, à l’intérieur de chacun des différents « cycles » Ce mélange est important car il suscite l’émulation, la collaboration et l’entraide. Cela stimule les plus jeunes et consolide les connaissances des plus grands. Cela développe aussi le sens social et le sens des responsabilités. La classe forme ainsi une véritable petite communauté.

  Des tranches de travail assez longues pour permettre le développement de la concentration. C’est pourquoi les pauses récréatives sont à la fin de phase de manipulation d’au moins deux heures. Chacun trouve sa concentration à son rythme et suit un cycle de concentration qui lui est propre.

Les leçons en 3 temps, ou comment assimiler des noms en trois étapes.  (extrait d’Apprends-moi à faire seul, la pédagogie Montessori expliquée aux parents, Eyrolles 2011, de Charlotte Poussin)

Tous les concepts sont introduits par la leçon en trois temps une fois que l’enfant a abordé le concept lors d’une expérience concrète. Cette leçon joue un rôle dans l’acquisition du langage. Elle permet de nommer les perceptions, de les conceptualiser. Elle aide l’enfant à s’approprier le langage qui  est un code culturel, auquel il se soumet progressivement, en 3 étapes:

Exemple de leçon en trois temps avec le matériel présentant les couleurs.

  1. Nommer la perception — C’est le temps de la nomination du concept– On propose un mot

« Bleu ! C’est bleu ! » L’enfant répète : « Bleu ! » ; « Jaune ! C’est jaune ! » L’enfant répète; « Rouge ! C’est rouge ! » L’enfant répète.

On veille à nommer la perception et non pas l’objet. On ne dit pas « la plaquette bleue » mais « bleu ».

  1. Demander à l’enfant de reconnaître la perception– L’enfant accepte le mot en montrant qu’il le comprend

« Peux-tu me montrer bleu ? » L’enfant montre du doigt. S’il se trompe, continuer pour lui permettre l’autocorrection.

  1. Demander à l’enfant la restitution de ce qu’il a acquis –L’enfant s’approprie le mot en le restituant et en l’utilisant

« Qu’est-ce que c’est ? » L’enfant répond : « C’est bleu. »